direct
Émission

En Attendant Godard

737: bataille et fontaine

Animé par Thomas,Thibaut, Carla et Doc Erwan | Gaal à la technique
Écouter le podcast

-Ouverture: " Dans un texte intitulé « Reste - le maître (ou le supplément de l’infini) », Jacques Derrida se demandait s’il est possible de ne rien devoir à un maître adoré. Bien sûr que non. On leur doit toujours leur dévoration. Chez PPP, les porcs, donc les maîtres dévorants, « mangeurs de restes » (Derrida), pères nazis ou Dieu (ce que Daney souligne avec un extrait de Madame Edwarda de Bataille : « Dieu, s’il le savait, serait un porc ») sont eux-mêmes des restes, invitant à la fois à la dévoration qu’on leur doit toujours et à l’adoration de ce qui restera encore à dévorer d’eux. Ils invitent donc à supporter ce scandale qui empêche toute dévoration absolue (et vivement désirée). Chez Ferrara, la dévoration et ce reste non approprié du maître adoré (PPP) donnent un Willem Dafoe qui joue un Pasolini ferrarien, parlant anglais

Le maître : pour Daney, c’était Blanchot, et pour Burdeau, c’est Daney. Sauf qu’ici, le « maître » n’est pas souverain ou autoritaire ou personnage chéri d’une histoire de la critique ciné-littéraire française. On ne le range pas dans les tiroirs de l’Histoire des idées, on n’en fait pas l’objet d’une « étude » - mais on le mange gaiement pour le dire (surtout même en se taisant à son sujet, en ne le mentionnant même pas : Idem pour Derrida, qui est bien présent mais jamais nommé explicitement par Daney dans ces textes sur Pasolini). Pour qu’il reste, et pour qu’il en reste à manger. C’est une question d’adoration et de dévoration, de générosité et de gourmandise. Une question de bacchanale où on est joyeusement scandalisé par tout ce qui excède toute dévoration possible. Et une question de lecture.

Que veut dire « faire une critique » ? Dévorer et laisser des restes. D’abord, des cinéastes laissent des restes aux critiques, qui en laissent davantage. Mangeons donc nos maîtres, pour comprendre combien nous devons encore, ici et maintenant, aux porcs de Pasolini ". Extrait du texte: Reste - le porc (ou le supplément du cinéma). Pasolini, Daney et la critique. Par Philipp Stadelmaier pour la revue en ligne Débordements. 15/06/15.

 

 

 

-La Bataille de la Montagne du Tigre (Hark) (7.9/10) (Rédaction)

 

-Vice Versa (Docter / Del Carmen) (5.6/10) (Rédaction)

 

-Spy (Feig) (5.7/10) (Rédaction)

 

 

-Les coups de coeur de la semaine:

           -Erwan: La Bataille de la Montagne du Tigre (Hark)

           -Simon: les deux fins de La Bataille de la Montagne du Tigre (Hark)

           -Thibaut: revoir Henry, portrait d'un serial killer (McNaughton)

           -Thomas: La Bataille de la Montagne du Tigre (Hark) et revoir Mad Max: Fury Road (Miller)

Fermer le menu
Écouter le direct Stopper le direct

Vous en pensez-quoi ?