direct

Gilets jaunes à Rennes : Acte XVIII en jaune et vert

Le par Simon
Politique
Écouter

Acte XVIII et Marche pour le climat : Rennes en jaune et vert


Ce samedi 16 mars, un appel national avait été lancé pour rassembler les Gilets jaunes de toute la France à Paris. Contrastant avec le climat de tension et les violences qui ont eu court dans la capitale, la manifestation de Rennes a été beaucoup plus calme. Les Gilets jaunes rennais se sont mêlés au cortège des associations écologistes qui organisent chaque mois une Marche pour le climat à l'appel de diverses associations et de partis politiques. Au lendemain de la mobilisation mondiale des jeunes pour l'environnement, qui a rassemblé à Rennes entre 6 000 et 8 000 lycéens et étudiants, la manifestation commune aux Gilets jaunes et aux écologistes a réuni dans la capitale bretonne entre 4 000 et 5 000 manifestants.

Les Gilets jaunes étaient toutefois largement minoritaires, une centaine d'entre eux étant présents ce samedi. Beaucoup d'entre eux ont répondu à l'appel national et sont partis tôt le matin ou la veille pour Paris. D'autres ont organisé un déplacement au péage de la Gravelle afin de permettre aux manifestants partis pour Paris de faire la route sans payer.



        
Le cortège s'est élancé à 14h place Charles de Gaulle, devant les Champs libres, encadré seulement par deux véhicules de police. Le dispositif de force de l'ordre était très réduit par rapport aux précédentes semaines. Des policiers et des CRS étaient postés à la Mairie pour interdire l'accès au centre-Nord.

 
Un petit groupe de street medics était présent. Mais aucune violence n'a été à déplorer, ni côté manifestants, ni par les forces de l'ordre. La manifestation a plutôt pris des allures de carnaval ou de manif pot-au-feu, rythmée par une fanfare et par un piano installé sur un char.

Les manifestants, des plus jeunes enfants aux plus âgés, écologistes et Gilets jaunes, ont fait le tour de la place Charles de Gaulle par le boulevard de la Liberté avant de prendre la direction du Sud vers l'hôtel de Rennes Métropole. Là, des lycéens ont pris tour à tour la parole pour lire des textes qu'ils avaient préparé pour inciter la population à s'intéresser aux enjeux environnementaux.


La manifestation était d'ampleur ce samedi à Rennes, mais certainement parce qu'il s'agissait d'une marche conjointe entre les Gilets jaunes et les écologistes. Dans les prochaines semaines et avant la prochaine Marche pour le climat en avril, les Gilets jaunes de Rennes devront organiser seuls des manifestations. Le prochain rassemblement régional pourrait avoir lieu samedi prochain entre Saint-Brieuc et Vannes.

- Reportage par Simon 


Acte XVII : Un arrêté préfectoral interdit aux gilets jaunes de manifester


Une vingtaine de gilets jaunes découvre en arrivant place de la République qu'un arrêté préfectoral a été publié par rapport à la manifestation des gilets jaunes du 9 mars à Rennes. Après quelques tentatives de discussion, les manifestant·es ont alors ôté leur gilet et sont remonté·es vers la place de la Mairie. Mais arrivé·es devant la place, des gendarmes mobiles se sont mis en position pour leur en empêcher l'accès. Après un temps de latence, la majorité des gilets jaunes est finalement passée. Les manifestant·es sont resté·es quelques minutes place de la mairie où un événement pour la journée des droits des femmes était organisée par la ville de Rennes puis sont redescendu·es discuter avec les forces de l'ordre, notamment ceux qui portaient des armes.









Les gilets jaunes se sont ensuite dirigés vers l'Esplanade Charles De Gaulle pour rejoindre d'autres manifestant·es mobilisé·es contre les réformes Blanquer. Au bout d'une heure, vers 16h20, iels se redirigent vers République. Sur la place, la police est venue à leur rencontre pour les convaincre de terminer le rassemblement.

Durant l'après-midi, de nombreuses discussions plus ou moins houleuses ont eu lieu entre les manifestant·es et les forces de l'ordre numériquement supérieures. La semaine prochaine, un rendez-vous national a lieu à Paris et la manifestation à Rennes aura lieu en même temps que la marche pour le climat.


- Reportage par Lucile -


Acte XVI : Rassemblement interrégional à Nantes et marche à travers Rennes

Pour l'acte XVI du mouvement, et pour la première fois, nous avons suivi les Gilets jaunes rennais au rassemblement interrégional à Nantes. Nous avons également suivi ceux qui sont restés à Rennes. Nous vous proposons donc cette semaine deux reportages.

Acte XVI à Rennes : les gilets jaunes au sud de Rennes

        A 14h à Rennes, un attroupement d'une trentaine de gilets jaunes est aggloméré place de la République et encadré par environ le double de forces de l'ordre (CRS et gendarmes mobiles). Les manifestant·es sont contrôlé·es et certain·es se font confisquer leur matériel de protection.



          Vers 14h30, le cortège s'élance vers le sud de Rennes direction Alma (C-Lab est expressément contrôlé et fouillé par la police à ce moment). Les manifestant·es ont marqué un arrêt devant l’Hôtel de Rennes Métropole, responsable d'une plainte qui a résulté à l'évacuation d'un squat des gilets jaunes dans le quartier des Longs Champs l'avant-veille. Puis la soixantaine de manifestant·es a continué de se diriger calmement vers Alma. Sur le chemin, certains gilets jaunes ont repéré, suivi et même pris une photo avec un agent des renseignements généraux.


        A l'entrée du centre Alma, la CDI et la BAC sont arrivés et ont fait barrage aux manifestant·es. Certain·es se sont alors dirigé vers la rocade dans le but d'y filtrer l'accès. Mais iels ont vite été contraint·es de rebrousser chemin par les nombreux·ses policièr·es. Quelques gilets jaunes ont tenté de discuter avec le commissaire de police.



        La marche continue ensuite dans les quartiers sud de Rennes via la rue d'Espagne vers le métro Italie. Les manifestant·es sont applaudi·es lors du passage devant le centre social Carrefour 18. Arrivé·es à l'entrée du métro, les policièr·es ont soudainement et violemment interpellé trois manifestant·es en tête de cortège. Le motif est que leur visage était couvert et grimé (passible de 15000 € d'amende et d'un an d'emprisonnement selon l'article 4 de la récente loi « anti-casseurs » adoptée à l'Assemblée Nationale). Un manifestant qui a tenté de « résister » à l'interpellation a été menotté et embarqué dans un fourgon. Les policièr·es ont également empêché certains journalistes de prendre des photographies et sont restés hermétiques aux protestations des manifestant·es.

        Puis une compagnie de gendarmes mobiles a barré la route rue de Suisse, obligeant les gilets jaunes à se séparer et à prendre le métro. Une heure plus tard, à 17h30, certain·es repartent pour une marche dans les rues du centre-ville.




Acte XVI à Nantes : tensions à la cité des Ducs

Le rassemblement interrégional du Grand Ouest était organisé à Nantes ce samedi 2 mars. Beaucoup de Rennais étaient présents, tout comme des Finistériens, des Vendéens et des Gilets jaunes de tous les Pays de la Loire. Deux lieux de rassemblement étaient prévus : Place Viarme au Nord et Place du Commerce dans le centre-ville, à 13 heures. entre 4000 et 5000 Gilets jaunes ont manifesté à Nantes.

Très vite, les manifestants ont été confronté aux forces de l'ordre qui les ont empêché d'aller plus au Nord que Commerce dans un premier temps. Les policiers et les CRS ont commencé très tôt à utiliser les grenades lacrymogènes. Le cortège a donc fait deux fois l'aller-retour entre Commerce et le château des Duc, toujours suivis par la BAC.




       Photo : Quentin Vernault 
 

Vers 16 heures, les Gilets jaunes ont réussi à monter vers la place Louis XIV avant de rejoindre l'Erdre. Des policiers postés devant la Préfecture ont utilisé un canon à eau, qui n'a pas semblé effrayer les manifestants. 


En suivant le cours des 50 otages, les Gilets jaunes ont retrouvé la place du Commerce où ils ont été repoussé par les forces de l'ordre toujours sous le gaz lacrymogène. Un abris de tram a été cassé, même si les casseurs étaient peu présents et ont été souvent hués par les manifestants.

        Photo : Quentin Vernault 
La manifestation s'est terminée vers 18 heures prêt de l'Hôtel Dieu où la BAC a procédé à plusieurs arrestations et a chargé tant les manifestants que les street medics et les journalistes.



Tout au long de la journée, des manifestants ont été blessé par des flashballs ou à cause du gaz lacrymogène. Mais les street medics étaient aussi présents en nombre.




Des altercations ont eu lieu dans la soirée jusqu'à 20 heures avec que les derniers groupes de manifestants. Le principal rassemblement des prochaines semaines sera le 16 mars à Paris, où beaucoup de manifestants nous ont dit vouloir aller, mais les manifesteront continueront à Rennes et à Nantes tous les samedi.

- Reportage par Simon 





Acte XV à Rennes : Rassemblement interrégional sous tension

Le samedi 23 février était prévu comme un acte particulier à Rennes, celui d'un rassemblement interrégional réunissant les Bretons de toute la région, les Normands, les Nantais, les Angevins et les Vendéens.  Environ 4000 personnes ont répondu à l'appel pour l'acte XV dans la capitale bretonne. Comme chaque semaine, la manifestation a débuté à 14 heures place de la République.

Les forces de l'ordre étaient présentes en nombre ce samedi : policiers, gendarmes mobiles, BAC, CDI ... Le centre-Nord était entièrement fermé et l'accès à la Mairie ou au Parlement était impossible depuis République. A 14 heures, les forces de l'ordre avaient déjà procédé à sept interpellations. Le cortège s'est élancé peu après vers la place de Bretagne, puis sur le boulevard de la Liberté vers la place Charles de Gaulle.


La manifestation a vite tourné en émeute. Les Gilets jaunes se sont fait encercler boulevard de la Liberté, plusieurs d'entre eux ont tenté de remonter vers les quais par les petites rues au sud de la place de la République mais les forces de l'ordre les ont repoussé à chaque fois sur le boulevard, utilisant sans parcimonie grenades et gaz lacrymogène. Les street medics venus en nombre ont pris en charge beaucoup de manifestants au cours de la journée.









Un groupe de manifestants a malgré tout réussi à retourner vers la place de la République. A 16 heures, les Gilets jaunes étaient ainsi divisés en deux groupes entre République et Charles de Gaulle. La BAC a procédé à des interpellations violentes, et a confisqué à des manifestants leur matériel de protection.










La plupart des Gilets jaunes est ensuite retourné sur le boulevard de la Liberté puis sur l'esplanade Charles de Gaulle  avant de rejoindre le sud de la Gare sous le gaz lacrymogène, poussés par les policiers et les gendarmes mobiles.




A 18 heures, les manifestants étaient dispersés et beaucoup ont enlevé leurs Gilets jaunes pour pouvoir repartir. Un groupe s'est tout de même rassemblé place de la République pour terminer cette quinzième journée de mobilisation, marquée par un niveau de violence sans précédent à Rennes depuis le début du mouvement, et par une désorganisation apparente tant du côté des manifestants que de celui des forces de l'ordre.


- Reportage par Simon et Lucile


Acte XIV à Rennes : Le calme avant la tempête ?

Samedi 16 février, à la veille de la date anniversaire des trois mois du mouvement, les Gilets jaunes se sont retrouvés à Rennes pour l'Acte XIV de la mobilisation, place de la République. Une centaine de manifestants étaient rassemblés à 14 heures. Ils étaient entre trois et quatre cents au plus fort de la manifestation.



Comme tous les samedis, l'accès au centre-Nord était fermé. Les manifestants ont fait un premier tour vers la Place de Bretagne puis sur le Boulevard de la Liberté. Revenus à République, les Gilets jaunes se sont retrouvés encerclés par les différents corps de forces de l'ordre, restreignant la manifestation aux quais et au sud de République.

Après un sitting sur le boulevard de la Liberté, ils ont dû rejoindre République de nouveau.

La manifestation de ce samedi était très calme, aucune casse n'a été à déplorer. Les forces de l'ordre, pourtant présentes en nombre, n'ont pas utilisé de gaz lacrymogène ni de grenade de désencerclement pour la première fois depuis plusieurs semaines.






















Ce calme de la manifestation est sûrement dû au pacifisme des manifestants rennais mais également à leur faible nombre ce week-end. Beaucoup de Gilets jaunes rennais s'étaient rendus à Pontivy pour le rassemblement régional.


En fin de journée, les policiers ont encerclé les derniers manifestants présents et contrôlé leur identité. Nous avons également été contrôlés, une nouvelle fois, par la police et la BAC. Lors de ce contrôle, trois jeunes manifestants ont été arrêtés. Ils ont été remis en liberté plusieurs heures plus tard.




Cet acte XIV plus tranquille que les manifestations des dernières semaines a sonné comme un prélude avant le rassemblement interrégional du 23 février, où Bretons de différentes villes, Normands, Nantais et Vendéens sont attendus à Rennes.



- Reportage par Simon.


Acte XIII au 9 février : Rapprochement entre les gilets jaunes et les gendarmes


Ce samedi, les gilets jaunes se sont une nouvelle fois donné rendez-vous place de la Mairie à partir de 14h. Mais les gendarmes mobiles condamnaient tout passage vers le centre-ville, pour les gilets jaunes comme pour les riverains. Plusieurs camions de la gendarmerie étaient même stationnés sur la place.


Vers 14h20, environ 300 gilets jaunes ont pris le départ pour une marche dans les rues de Rennes. A chaque intersection vers l'hyper centre, un groupe de gendarmes barrait la route. La marche s'est rapidement transformée en jeu du chat et de la souris entre la Place de Bretagne et la rue du Maréchal Joffre en passant par la rue Vasselot.

Le cortège s'est ensuite dirigé vers Charles De Gaulle puis au centre Columbia mais un groupe de la BAC les attendait devant le centre et les manifestants ont dû rebrousser chemin.












La manifestation des gilets jaunes, comptant environ 800 personnes à ce moment est revenue de nouveau place de la République et a insisté cette fois auprès des gendarmes restés en poste rue d'Orléans pour pouvoir accéder au centre-ville. Le ton a commencé à être menaçant des deux côtés et, au bout d'une demi-heure, les gendarmes ont lancé plusieurs charges puis des grenades du côté de la rue Baudrairie.

Les manifestants sont repartis dans le sud de Rennes, vers le côté Nord du centre commercial Columbia mais se sont rapidement fait repoussés par une charge des gendarmes.




Les gilets jaunes sont restés place de la République où l'atmosphère était très tendue avec la police et les gendarmes. Plusieurs personnes ont été interpellées, fouillées et contrôlées dont le reporter de C-Lab. Beaucoup de manifestants sont partis à ce moment et le reste a fait face à la police puis à la gendarmerie pendant près de deux heures. Certains manifestants ont discuté avec les gendarmes.





- Reportage par Lucile.




Acte XII, le 2 février : Gilets jaunes, écologistes et réfugiés

Samedi 2 février, les Gilets jaunes de Rennes ont organisé une marche blanche pour les victimes des violences policières de ces dernières semaines. Les associations écologistes avaient prévu de se joindre à eux. Une manifestation contre la loi Asile-Immigration était aussi organisée. Certains Gilets jaunes se sont joints à eux, tandis qu'un deuxième groupe a refusé de marcher avec les réfugiés. Ce second groupe, désorganisé, a hésité plusieurs dizaines de minutes avant de constituer un deuxième cortège, croisant et retrouvant parfois le premier groupe.



Tandis que ce second groupe parvenait à entrer dans le centre-Nord, le premier cortège s'est dirigé vers la préfecture de Région où il a été séparé par les forces de l'ordre qui, une nouvelle fois, n'ont pas hésité à utiliser des grenades lacrymogènes.

Les deux groupes se sont retrouvés devant le Parlement de Bretagne avant de poursuivre la manifestation entre la place de la République et le quartier du Colombier. Un groupe de casseurs s'est également joint à la manifestation, brisant quelques vitrines dans le centre-ville de Rennes. Beaucoup de Gilets jaunes ont condamné ces violences.

Plusieurs arrestations ont eu lieu dans la journée, dont celle d'un mineur de 17 ans, interpellé à République alors qu'il manifestait avec sa mère. La violence de cette arrestation a mis en colère les Gilets jaunes qui ont à plusieurs reprises reproché aux forces de l'ordre de ne pas respecter la loi en étant violant avec les manifestants et en cachant leurs visages et leurs matricules.

Plusieurs altercations ont donc eu lieu au cours de la journée entre les manifestants et les policiers et gendarmes visiblement sous tension.




Cette journée de mobilisation contre les violences policières s'est terminée place de la République, où d'autres jeunes manifestants ont été arrêtés violemment. Loin de démobiliser la plupart des militants, cette montée de la tension semble d'avantage motiver les Gilets jaunes rennais à intensifier leur mouvement.




L'acte XII se poursuit à Rennes dès le mardi 5 février avec un appel à la grève générale et un rassemblement est prévu dans le centre-ville.


- Reportage par Lucile et Simon.



Acte XI le 26 janvier : Mobilisation à Rennes

Samedi 26 janvier, la mobilisation des Gilets jaunes était moins importante à Rennes que la semaine précédente. Le rassemblement régional était organisé à Nantes. Environ 300 personnes se sont tout de même retrouvés place de la République à partir de 14 heures et ont voulu marcher dans le centre-Nord. 

Mais les rues du centre étaient fermées par gendarmes mobiles et CRS. Après deux heures de manifestation improvisée dans le calme entre la place de Bretagne, la place Charles de Gaulle et la Gare, des bloqueurs ont commencé à monter des barricades avec des poubelles et des grilles de chantier, ce qui a provoqué des tensions entre les manifestants.


Le cortège a été séparé par des policiers alors qu'il passait devant le centre commercial Colombia. Mais un groupe de Gilets jaunes qui était place Sainte-Anne a ensuite rejoint le cortège principale à République.


Après l'arrestation d'un manifestant interpellé par des gendarmes parce qu'il tenait à la main un masque à gaz, des manifestants ont chargé les CRS qui ont riposté avec des grenades lacrymogène. Afin de réussir à pénétrer dans le centre-Nord, beaucoup de manifestants ont enlevé leur gilet jaune.

Arrivés près de la place Sainte-Anne, ils ont tenté de rejoindre la Mairie mais les forces de l'ordre, postés devant l(Hotel de Ville ont lancé plusieurs grenades lacrymogènes rue Le Bastard, au milieu des passants venus faire les soldes.




La plupart des manifestants se sont ensuite rassemblés à République avant de repartir après 18 heures vers le Parlement de Bretagne où ils se sont de nouveau retrouvés sous le gaz lacrymogène.
La mobilisation s'est poursuivie par une petite manifestation nocturne dans l'hypercentre rennais.




Le samedi 2 février, le rassemblement régional aura lieu à Morlaix. A Rennes, une manifestation commune est prévue entre les Gilets jaunes et les associations écologistes. Les organisateurs cherchent des personnes formées aux premiers soins pour rejoindre les rangs des street medics.


- Reportage par Simon.


Acte X: Le Grand Ouest à Rennes





Samedi 19 janvier, pour l'acte X du mouvement, les Gilets Jaunes du Grand-Ouest se sont réunis à Rennes. Après une opération escargot pendant la matinée, les cortèges des différentes villes de Bretagne, de Normandie et des Pays de la Loire se sont rejoints dans le centre-ville à partir de 13h30. Si la mobilisation n'a pas réuni plus de 500 personnes à Rennes les précédents samedi, il fallait multiplier ce nombre par sept à dix pour atteindre le compte de manifestants présents le 19 janvier.


Mais dès le début de l'après-midi, les manifestants ont été séparés et nassés en plusieurs groupes par les forces de l'ordre présentes à République et à la Mairie. Les gendarmes mobiles et les CRS ont utilisé des grenades lacrymogènes et des grenades de désencerclement tout l'après-midi et n'ont pas hésité non plus à utiliser des flashballs.
Plusieurs manifestants blessés ont été signalés, malgré la présence de nombreux street-medics, lesquels n'ont pourtant pas toujours eu l'autorisation des forces de l'ordre pour venir en secours aux blessés.




- Par Lucile, Marie et Simon.



 

Samedi 12 janvier - Acte IX



Pour l'acte IX de la mobilisation, les Gilets jaunes de Rennes se sont rassemblés samedi à la Mairie avant de partir pour une manifestation. Dès le début de la manifestation, les Gilets jaunes se sont confrontés aux forces de l'ordre sur la Place de la Mairie, puis au Nord des quais alors qu'ils tentaient d'accéder au centre-Nord, et enfin entre la place de la République et la Mairie.

Nous les avons suivi tout l'après-midi et avons rencontré des manifestants très différents qui nous ont raconté leurs motivations, leurs perceptions du mouvement, et leurs vision de l’État.

Au cours de la manifestation, les Gilets jaunes ont bloqué la galerie commerciale La Visitation, entre la place Saint-Anne et la place Hoche.



 

La semaine prochaine, le samedi 19 janvier, un rassemblement de tous les Gilets jaunes de Bretagne sera organisé à Rennes.


- Par Lucile et Simon.



Samedi 5 janvier– Rassemblement citoyen


Rassemblés dès 14h place de la Mairie, le cortège s’élance vers 16h vers République et s’y arrête pour bloquer la circulation des bus. Des poubelles sont brûlées sur la route. Nous sommes interpellés par trois manifestants qui nous expliquent qu'il s’agit d’un rassemblement citoyen sans affiliation spécifique au mouvement des gilets jaunes, ce qui justifie que plusieurs manifestants ne portent pas de gilets jaunes.



La manifestation part vers la place de Bretagne puis sur le boulevard de la Liberté. Les policiers suivent les manifestants et se préparent à charger. Finalement, les manifestants ne continuent pas vers le boulevard ni vers la place Charles De Gaulle mais remontent vers République. La décision de repartir vers République n’a pas été prise unanimement, certains ont voulu mener le cortège vers le centre commercial Columbia, d’autres voulaient poursuivre vers le boulevard de la Liberté. La manifestation part donc sur République puis longe les quais, tente par deux fois de remonter vers le centre-Nord mais des policiers sont postés entre République et la Mairie et la BAC est présente dans les petites ruelles entre les quais et le centre-Nord. Le cortège se dirige vers la rue du Plélo devant une des entrées de Columbia et démonte des grilles et panneaux du chantier du métro pour faire des feux sur la route. Les policiers arrivent et les repoussent vers de boulevard de la Liberté. Tandis que les policiers arrêtent les feux et remettent de l’ordre sur le chantier du métro, des manifestants aident des bus à manœuvrer sur le boulevard de la Liberté devant les Halles. Les bus devaient emprunter la rue du Plélo mais elle est devenue impraticable à cause des feux et des barricades sur la route.




Dimanche 6 janvier – Manifestation contre les violences policières envers les femmes

Le lendemain, un rassemblement était organisé place des Lices, pour dénoncer les violences policières faites envers les femmes manifestantes. L'action était organisée en partie par les gilets jaunes. Les manifestantes et manifestants ont marché dans le calme, dans le centre-ville de Rennes, puis se sont dirigés vers la gare. Ils ont traversé la gare avant de s’orienter vers le boulevard de la Tour d’Auvergne.



- Par Lucile et Simon



Fermer le menu
Écouter le direct Stopper le direct

Vous en pensez-quoi ?